Acerca de

P1270046_Projetfou red.JPG

MANIFESTE

Juin 2022

Au
jourd’hui, j’entends la planète hurler, je vois les hommes se déchirer, se détourner pour ne pas faire face à l’ampleur de la situation.

Aujourd’hui, la situation de climatique, écologique et politique de la planète réveillent le feu de l’action. Je ressens qu’il est temps pour moi d’incarner mes valeurs à un autre niveau mes valeurs et oser offrir mes accompagnements.

Incarner ma vérité est le premier pas pour pouvoir t’accompagner sur le chemin d’incarner la tienne.

Lorsque j’ai quitté le milieu de l’environnement et de développement durable après 10 ans dans ce domaine, je me sentais totalement découragée. J’avais l’impression que ce que je faisais n’avais aucun sens, n’avait plus d’impact, que je « pissais dans un violon ». Je me sentais épuisée par mon mode de vie

J’ai eu besoin de voir ce qui allait bien dans la nature et ai décidé de partir en Scandinavie qui, pour moi, représentait les derniers endroits de Nature assez sauvage en Europe avec les pays de l’Est. Je suis partie pour 4 mois et y suis restée 18 en tant que musher (je travaillais avec des chiens de traineau), puis j’ai fait des aller retour entre la France et le Nord de la Suède pendant 2 ans pour y travailler sur la saison d’hiver.

Là bas, une de mes activités consistait à guider des touristes. Les personnes pour qui je travaillais participaient à une certaine forme de tourisme de masse : nous guidions des personnes qui venaient passer le week-end «en Laponie » pour vivre un week-end de rêve et faire pleins d’activités (motoneige, conduite sur glace et donc, chiens de traîneaux).

 

Ces touristes pensaient que nous avions une vie de rêve, nous enviaient d’un certain côté. Eux se sentaient sous pression toute la semaine dans un job et parfois une vie qui ne leur convenait plus et partaient en week-end vivre une parenthèse et reprendre leur souffle à l’autre bout de l’Europe ou de la Planète.

Une vie quotidienne insatisfaisante avec pour seul moyen de survie : la surconsommation jusque dans des voyages trop fréquents et non éthiques pour que la planète puisse les supporter.

AventureP4110936red_edited.png
211031-red-PA310711_edited.jpg

Tant que les femmes et le hommes auront besoin de prendre un avion le week-end pour supporter leur semaine : la planète telle que nous la connaissons actuellement et ses habitants resteront en danger.

 

A ce moment là, j’ai réalisé : que nous n’arriverons pas à « préserver » la planète tant que les femmes et les hommes ne vivront pas une vie où iels se sentent épanoui.e.s au quotidien.

 

C’est donc avec une certaine évidence que j’ai décidé d’utiliser les outils de coaching que j’avais acquis pour transformer ma vision de la vie, améliorer ma relation avec moi-même et l’ensemble de mes relations, mes outils énergétiques, mon sens de l’écoute pour accompagner des femmes et des hommes qui s’interrogent sur le sens de leur vie actuelle à se reconnecter à leur vérité intérieure, unique afin de retrouver de la satisfaction, du contentement dans leur quotidien.

Parce que souffrir du lundi au vendredi en espérant le week-end, ce n’est pas une vie.

Parce que je pense que nous avons mieux à faire de ces années qui nous sont offertes ici que travailler pour payer des factures, pour cocher les cases de ce que la société attend de nous.

Parce que je pense que chacun.e a le droit d’être inspiré.e par sa propre vie.

Cela passe par plus de présence dans son quotidien, et une forme de mouvement plus lent et écologique qu’est le vagabondage.

 

Ma Présence : c’est ce que je t’offre pendant nos séances et ce vers quoi je t’emmène.

Le vagabondage est inscrit en moi : j’aime bouger, changer de lieu de vie, explorer d’une manière lente.